aller au contenu

La Fontaine de Jouvence

La Fontaine de Jouvence en Forêt de Brocéliande ou comment un modeste trou d’eau circulaire près du village des Landelles en Saint Malon sur Mel devint jadis un lieu touristique à la renommée certaine.

Saint Malon sur Mel Carte

Il faut remonter au début du 19e siècle. Jean Côme Damien Poignand, un notable du Pays de Montfort féru d’antiquités romaines et celtiques, déclare avoir trouvé la mythique Fontaine de Jouvence, source de jeunesse, à l’orée de la fameuse Forêt de Brocéliande, près du Tombeau de Merlin (dont il est aussi l’inventeur !). L’antiquaire Montfortais, connu pour ses rapprochements toponymiques fantaisistes et ses théories empruntes de néodruidisme très en vogue à cette époque, prête à ce simple trou d’eau circulaire une grandeur passée. Il décrit des pierres énormes, un escalier taillé dans le roc et un rituel druidique sensé expliquer le lien avec la mythologie du thème de Jouvence. Poignand affirme qu’au Solstice d’été (21 juin), les enfants nés dans l’année étaient baignés dans l’eau de la source par les Druides avant d’être inscrits sur un registre, le « Marith ». Les parents qui n’avaient pu venir à ce rituel druidique, présentaient leur enfant l’année suivante et lui faisaient ainsi gagner un an.

Quelques dizaines d’années plus tard, Félix Bellamy reprend les notes manuscrites de Poignand pour la rédaction de son ouvrage référence « La Forêt de Bréchéliant », consacré à la littérature arthurienne et à son implantation en forêt de Paimpont. En se rendant sur les lieux, il constate que la modeste fontaine qu’il découvre est très éloignée de la description monumentale qu’en avait fait l’antiquaire Montfortais. Bien qu’il fasse une analyse rationnel des écrits de son prédécesseur à l’imagination fertile, Bellamy confirme, sous doute un peu par chauvinisme, qu’il s’agit là de la « véritable » Fontaine de Jouvence.

Il faut dire que depuis le milieu du 19e siècle, la renommée de cette fontaine grandit. Elle est présentée dans les premiers guides touristiques, et commence à attirer des touristes de la « bonne société ». En 1934, elle devient même site classé d’Ille-et-Vilaine sous le nom de « Fontaine de la Fée Viviane ».

A tel point, que l’on peut se demander si ce n’est pas le tourisme qui a nourri les traditions populaires autour de cette fontaine. Car après tout, avant les écrits de Poignand, la « Fontaine des Landelles » était surtout une source d’eau potable essentielle à la vie des habitants du village.

Le touriste doit surtout rechercher ici la beauté des paysages plus que des curiosités tardivement baptisées pouvait-on lire dans le Guide Touristique et Culturel de Brocéliande, édité par le Syndicat d’Initiative de Brocéliande dans les années 1980.

À noter la présence depuis quelques années d’un lieu de dévotion, avec ses petits amas de pierres, sortes de Cairn, à quelques pas de la fontaine, dans une ancienne carrière. Il faut croire que le lieu inspire toujours les visiteurs !


Pour en savoir plus sur l’histoire de la Fontaine de Jouvence en forêt de Paimpont, consulter l’Encyclopédie de Brocéliande :

La Fontaine de Jouvence

Une « Fontaine de Jouvence » est située en forêt de Paimpont/Brocéliande, près du village des Landelles en Saint-Malon sur Mel, à quelques pas du tombeau de Merlin. Cette fontaine, qui porte aussi le nom de « Fontaine des Landelles », n’a plus aujourd’hui l’importance touristique qu’elle a eu jadis.

La Fontaine de Jouvence
par Encyclopédie de Brocéliande
Haut de page